[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] [Institut du Tout-Monde]
[MA2A2]
[Institut du Tout-Monde]
[Penser la Caraïbe]
[Une soirée avec les Price]
[La matière de l'absence]
[Penser la Caraïbe]
[Penser la Caraïbe]
[Penser la Caraïbe]
[Penser la Caraïbe]
[Penser la Caraïbe]
[]
[]
[Journée David Scott]
[Journée Stuart Hall]
[Penser la Caraïbe]
[Institut du Tout-Monde]
[]
[]
[]
[]
[]
[Archives]
[Séminaire 2016-2017]
[Cycles de l'ITM]
[Mémoires des esclavages]
[Prix Carbet]
[Prix Glissant]
[MA2A2]
[Adhérer]
[Les liens du Tout-Monde]
[]
[Dossiers]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[Inscription Newsletter]
[Archives]
[Adhérer]
[Séminaire 2016-2017]
[Prix Glissant]
[Prix Carbet - 2016]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Mémoires des esclavages]
[]
[]
[Cycles de l'ITM]
[Penser la Caraïbe]
[Diversité des expériences et causes communes]
[Cycle Traduction]
[Cycle "Le Chant du Monde"]
[Cycle Art]
[Inscription Newsletter]
[Poétiques de la résistance]
[Recherche - Colloques]
[Recherche - Pôle numérique]
[Recherche - Publications]
[MOOC]
[]
[MOOC]
[MA2A2]
[MA2A2]
[Les Écrans du Tout-Monde]
[Les Écrans du Tout-Monde]

Intervention de David Scott ; Dialogue avec Christine Chivallon (CNRS - MCTM)

Didier Nativel (CESSMA - MCTM) et des intervenants invités.

ANTHROPOLOGIE DE LA CARAÏBE, ÉPISTÉMOLOGIE, RÉFLEXIVITÉ

  

Intervention de Matthieu Renault (LLCP - MCTM - Université Paris 8) ;

Dialogue avec David Scott et des intervenants invités.

HISTOIRE, TEMPS, MÉMOIRE, TRAGÉDIE

  

VIDÉOS DE LA JOURNÉE

L’anthropologie de la Caraïbe comme la critique postcoloniale dans son ensemble doivent beaucoup à la pensée de David Scott. Anthropologue d’origine jamaïcaine, professeur à l’Université de Columbia, David Scott appartient désormais à la grande famille des « penseurs de la Caraïbe » dont les liens non formalisés tiennent à leur commune posture tout à la fois engagée, éclectique, critique, campée sur le refus des dogmatismes, rétive aux faux universa- lismes, disséquant la modernité occidentale et ses fondements dans le moment (post)colonial qu’elle continue de générer. Peu connus en France, les travaux de David Scott rayonnent pourtant auprès de toute une génération de spécialistes caribéens et anglo-américains. Ils alimentent des débats novateurs et contradictoires qui renouvellent les questionnements d’une anthropologie encore habitée par la question de la « vérification » de l’africanité dans la Caraïbe.


La revue Small Axe qu’il a fondée en 1997 est le reflet de sa réflexion. Reprenant le proverbe jamaïcain rendu célèbre par Bob Marley - « If you are a big tree, we are a small axe », elle est un espace ouvert et décloisonné où les idées sont brassées selon le principe du tâtonnement ou de l’indétermination (un processus de connaissance « without a pre-ordained or ready made map of the right path to follow »; « a work-in-progress »; « an ongoing platform for critical engagement »). D’une esthétique inhabituelle, Small Axe propose un ensemble de textes foisonnants rétablissant des connections entre les sciences sociales, les arts visuels, la poésie et la littérature tout en se consacrant aux idées qui ont conduit à la formation des « modernités caribéennes ».


S’il fallait résumer en quelques mots les apports de David Scott à la recherche, il faudrait d’abord évoquer leur éclectisme puisant dans l’anthropologie, la philosophie, l’histoire des idées, la théorie politique, les études littéraires. Il faudrait aussi placer le mot « modernité » au coeur du cheminement intellectuel pour rendre compte d’une réflexion dense qui aborde le colonialisme sous l’angle de son injonc- tion à être « dedans » le projet moderne, le sujet colonisé devenant un « conscrit », un « appelé » ne pouvant se soustraire à la gouvernemen- talité coloniale selon le schéma dual qui voudrait qu’à la violence coloniale brutale s’oppose la résistance d’un « dehors » violenté. C’est donc l’expérience du « tragique » que donne à voir David Scott, à partir du moment où la vision « romantique » des luttes anticoloniales est perdue de vue et que se manifeste le sujet immergé dans un projet qu’il ne peut cependant pas orienter. L’œuvre de David Scott se décline à partir de différents points d’entrée, qui vont de ses relectures de CLR James, à la reformulation critique des théories postcoloniales ; de son analyse de la révolution de Grenade aux manières de s’en souvenir et d’instaurer un rapport au temps traumatique ; de la théorisation de temporalités sociales où la conception du «présent » narratif se confond avec l’utopie libératrice du temps historique de la pensée occidentale. Autant de clés d’entrée et bien d’autres qui sont considérées ici comme des embrayeurs de débats « convergents et divergents ».




  

Mardi 25 octobre 2016, Université Paris-Diderot

© INSTITUT DU TOUT-MONDE

Journée d'études du groupe de recherche MCTM

Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Paris (FMSH)

UMR « Passages », CNRS, Université Bordeaux-Montaigne

avec le CESSMA et le LLCP (Paris 8)

Institut du Tout-Monde (ITM)

Coord. ITM : Loïc Céry (Pôle numérique) / Coord. MCTM : Christine Chivallon (CNRS)

  

____________

____________

CYCLE "PENSER LA CARAÏBE, PENSER LE MONDE"

Partenariat ITM / groupe de recherche MCTM / FMSH

  

UNE JOURNÉE AVEC DAVID SCOTT



  

(Édouard Glissant, Une nouvelle région du monde, 2006)

"Nous avons rendez-vous où les océans se rencontrent..."