[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] [Institut du Tout-Monde]
[Institut du Tout-Monde]
[]
[]
[]
[]
[]
[Archives 2019]
[Séminaire 2018-2019]
[Cycles de l'ITM]
[Mémoires des esclavages]
[Prix Carbet]
[Prix Glissant]
[MA2A2]
[Adhérer]
[Les liens du Tout-Monde]
[]
[Dossiers]
[Recherche]
[]
[]
[]
[]
[]
[Inscription Newsletter]
[Séminaire 2018-2019]
[Prix Glissant]
[Mémoires des esclavages]
[]
[]
[Cycles de l'ITM]
[Poétiques d'écrivains]
[Penser la Caraïbe]
[Cycle Traduction]
[Diversité des expériences et causes communes]
[Cycle "Le Chant du Monde"]
[Cycle Art]
[Poétiques de résistance]
[Archives 2019]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[MA2A2]
[Inscription Newsletter]
[Les MOOC de l'ITM]
[]
[MOOC Traductologie]
[CIEEG]
[Colloques]
[Pôle numérique]
[Pulbications]
[Pôle Cinéma - Ateliers]
[Podcasts de l'ITM]
[Adhérer]
[Prix Carbet - 2018]

par JACQUES COURSIL (professeur émérite Université des Antilles / Cornell University)

- Présentation des séances par Sylvie Glissant -

Jacques Coursil à l'Université des Antilles en novembre 2019, à l'occasion de la 3e session du colloque sur Le Discours antillais d'Édouard Glissant.

« Une seule ligne suffirait (…) et le problème noir se dépouille de son sérieux ». (Peau Noire masques blancs, Frantz Fanon, 1952).  Le problème noir n’est pas un problème sérieux, c’est pourquoi, c’est un sérieux problème. La poétique de Fanon, sa rhétorique, sa psychanalyse, montre comment la question est faussée et fermée par un jeu de masques : masque blanc pour le Noir et noir pour le Blanc ; masque blanc pour le Blanc et noir pour le Noir. Le discours du racisme devient croisé et ainsi, « une seule ligne » n’y suffit plus.



  

Les deux poètes Léopold Sédar Senghor et Aimé Césaire, co-auteurs du mot « négritude » dans les années trente, sont tous deux grammairiens (cela est important) et amis sans faille: - Senghor m’a révélé une partie de moi-même - aimait à dire Césaire. Toutefois, cette négritude dont ils partagent la paternité les distingue et les oppose. Dans sa préface de l’Anthologie de la Poésie Nègre et Malgache de L. Senghor (Orphée Noir, 1948), Jean-Paul Sartre en fait le premier la remarque. Il écrit: « Étrange et décisif virage, la race (négritude de Senghor) s’est transmuée en historicité (négritude de Césaire) ».  Cette précision n’a pas suffi. Aujourd’hui après trois-quarts de siècle, le mythe de la race, propre à la négritude de Senghor, a pratiquement recouvert le sujet historique de Césaire; en d’autres termes, la race (l’essence) a refoulé l’histoire. À partir des années cinquante, et plus tard, paraissent des textes post-négritude retentissants produits par des écrivains tels que René Depestre, Frantz Fanon, Édouard Glissant, Maryse Condé, Wole Soyinka et quelques autres. C’est de leur critique dont il s’agit ici, car un dépassement de la négritude peut parfois n’être qu’une reprise in petto des traits césairiens occultés qui la fondent.

PODCASTS DES SÉANCES

  PROGRAMMATION DU CYCLE


- Mardi 14 janvier : « Négritude, la grammaire de Caliban »

- Lundi 16 mars : « Peau noire, masques blancs. race et racisme chez Frantz Fanon »

- Avril : « Une tempête d'Aimé Césaire. Étude de mise en scène »

- Mai : « Monsieur Toussaint d'Édouard Glissant. Étude de mise en scène »

- Juin : « Rap jazz, la spirale du chaos de Frankétienne »

CYCLE « POÉTIQUES D'ÉCRIVAINS. CÉSAIRE, FANON, GLISSANT, FRANKÉTIENNE »


  

Durant le premier semestre 2020, l'Institut du Tout-Monde accueille Jacques Coursil pour un cycle de conférences intitulé « Poétiques d'écrivains. Césaire, Fanon, Glissant, Frankétienne ». L'occasion d'apprécier l'acuité critique et les talents de pédagogue de l'éminent linguiste, sémioticien et spécialiste des littératures caribéennes qu'est Jacques Coursil. Ceux qui connaissent ses analyses toujours très subtiles en matière de langage et de littérature auront à cœur de le retrouver ici dans une traversée de quatre œuvres tutélaires de la littérature et de la pensée. Ceux qui le découvriront auront l'occasion rare de se familiariser avec sa méthode de lecture, toujours marquée par l'interrogation, l'attention à l'énoncation et aux données langagières qui permettent d'approcher le sens par des chemins inattendus.


Jacques Coursil est Professeur émérite de l'Université des Antilles. Il a enseigné également à Cornell University, University of California Irvine, l'Université de Caen. Il est docteur ès Lettres et docteur ès Sciences. Jacques Coursil s'est vu décerné en 2017 le Prix Édouard Glissant pour l'ensemble de son œuvre. Il est l'auteur d’articles en critique littéraire, de La fonction muette du langage  en 2000 (Ibis Rouge, Guadeloupe), Valeurs pures en 2015 (Lambert-Lucas, Limoges), Le Paradoxe francophone (en préparation).





  

© INSTITUT DU TOUT-MONDE

Mardi 14 janvier 2020

____________

____________

Négritude, la grammaire de Caliban



  

(Édouard Glissant, Une nouvelle région du monde, 2006)

"Nous avons rendez-vous où les océans se rencontrent..."